Regards croisés.

Cette page est à vous, elle n'engage que les auteurs des courriers que nous avons reçus dans la boîte à lettres du site. Le débat est ouvert, si vous désirez y apporter votre contribution, écrivez nous sur ce lien :
regardscroises@amisduparc06.com


(Textes les plus récent -> en haut de page)

Le 10/07/09
"J'attends du parc la création d'une nouvelle dynamique
Le 18/06/09
L'actualité conforte mes convictions et me réconforte sur l’investissement que nous avons tous fait en nous engageant dans l’aventure des Amis du Parc Régional.
Le 25/5/09
On ne nous dit pas tout ! 
Le 25/5/09
Echange concernant l’éventualité d’un conseil de Développement au sein du PNR des Préalpes d’Azur.
Le 19/3/09
Les chasseurs, propriétaires, résidents, ou invités sur les territoires du Parc devront être associés et consultés en amont de l'élaboration de la charte...
29/03/09 (Réponse)
Je crois savoir que les chasseurs ont largement été contactés...
Le 29/04/09
"quand il s'agit de vouloir la (la Nature) protéger il faut sans cesse s'excuser et rassurer les gens quels qu'ils soient qu'ils pourront continuer comme avant et faire ce que bon leurs semble..."
Le 20/3/09
Edater a sauté une étape à Grasse.

Le 22/03/09 (Réponse)
...La création d'une charte pour un PNR en six mois (ou même en un an) serait une tache impossible si on devait la bâtir 'd'en bas'...

Le 10/07/09 Benoît P

"J'attends du parc la création d'une nouvelle dynamique pour promouvoir
notre belle région toute en respectant notre qualité de vie.

Je suis restaurateur ici et les clients sont toujours surpris et
émerveillés par notre région. Ils se plaignent d'abord que sans les
recommandations d'un amis ou autre, ils ne seraient jamais venus par
ici car ils n'imaginaient même pas notre existence,et à
part les randonnées, il n'y a rien à faire, visiter - même nos églises
sont fermées. Mais je pense que nous avons un énorme potentiel à
exploiter. Faudrait regarder les autre régions pour des idée si on ne
trouve pas des idées innovantes nous mêmes : penser aux plans d'eau, via ferratta, jungle run, etc .. pour attirer les visiteurs et faire parler de nous.
Il faut sauver notre économie régionale car nombreux sont ceux qui
viennent s'installer mais qui ne tiennent pas longtemps faute de
ressources financières assez importantes, surtout pendant l'hiver."


Le 16/06/09  Christian M

Le compte-rendu de la journée pour le PNR à Grasse le 15 juin 2009, les résultats des élections européennes du 7 juin, et les nombreux articles de presse qui surfent sur la vague des prochaines élections régionales confortent mes convictions et me réconfortent sur l’investissement que nous avons tous fait en nous engageant dans l’aventure des Amis du Parc Régional.
En effet, quand le maire de Gourdon, Eric Mele, se sent obligé de nous prévenir qu’il sera « interviewé » à propos du parc régional, ou quand   « Le président du Syndicat Mixte, Marc Daunis, sénateur et maire de Valbonne a publiquement exprimé l’intention de nous rencontrer … », nous récoltons déjà les fruits de notre travail, nos efforts ne sont pas vains : les habitants du parc se font entendre et sont, maintenant, pris en considération par les décideurs locaux. Mais ne nous leurrons pas ! Tout cela retombera très vite après les élections régionales, si nous n’y prenons garde. Alors profitons de cette opportunité pour concrétiser nos souhaits dès maintenant ; plus tard, il sera trop tard. 
Je crois qu’il est grand temps de définir nos objectifs et notre plan d’action, succinctement, mais  très précisément, afin de soumettre nos revendications chiffrées à l’ensemble des collecteurs électoraux de tout bord qui ne manqueront pas de nous solliciter pendant cette période. Compte tenu des obligations de chacun et, fort heureusement, de notre éparpillement sur le territoire, je crois qu’il serait judicieux de profiter des réunions déjà planifiées pour organiser, aussi, des séances de travail sur la définition de nos objectifs. Et si nous commencions par l’Eco-festival de Saint-Jeannet, car la participation des Amis du Parc à l’Eco-festival se précise: en plus d’un stand, nous  aurons  la « Salle des Mariages » à notre disposition dans l’après-midi du dimanche 5 juillet ; il ne nous reste  plus qu’à travailler notre présentation pour animer la conférence-débat qui, je pense, inspirera des articles de presse.
Qui prévoit d’être présent à Saint-Jeannet les 3,4 ou 5 juillet ? Pour ceux qui ne peuvent faire des allers-retours entre le nord-ouest et le sud-est du parc, il y a des hébergements possibles à Saint-Jeannet (j’ai deux chambres avec salle de bains disponibles), et d’autres Saint-Jeannois pourront probablement aussi vous héberger pendant ce week-end, si vous le souhaitez ; il y a aussi des possibilités de camping.
 

Le 25/5/09 On ne nous dit pas tout ! 

Les 49 communes, leurs maires respectifs délégués et suppléants, soit  environ 120 - 130 personnes, sont chargés de représenter leurs administrés et de les informer de l’état d’avancement de la charte du PNR des pré Alpes d’azur.
Combien étaient présents aux sous-commissions ?
une poignée , peut-être une dizaine !
Et lors de la réunion de présentation du travail de concertation engagé, où l’ensemble des élus (une centaine) étaient invités ?
Peut-être une vingtaine !
Je suis inquiet.
En espérant que ces absences n’ont rien à voir avec une quelconque grippe...
Il me semble que nos élus mettent en danger la légitimité de leur mandat. (Quelle entreprise accepterait que ses employés ne soient pas présents aux heures de bureau ?)
À moins qu’ils ne nous disent pas tout…

En survolant de l’extérieur la réflexion sur le PNR sans se positionner, sans s’engager, sans écouter, nos élus ne se gardent-ils pas un Joker ? Un joker pour dire quoi ?
UN JOKER POUR DIRE NON AU PNR ???


Le 25/5/09
Echange concernant l’éventualité d’un conseil de Développement au sein du PNR des Préalpes d’Azur
René

Pour ma part, il me semble avoir compris à travers les réponses de notre interlocutrice (du SM de Préfiguration), que les questions de la nature et de la place d'un conseil de développement n'étaient peut-être pas totalement maîtrisées ...  et que notre association aurait tout intérêt à affiner la question et à faire des propositions assez rapidement ....

Des différences notables existent en effet dans les procédures de mise en place des Conseils de développement, dans leurs objectifs et leurs rôles ainsi que et dans leur autonomie par rapport aux structures décisionnaires (et légitimes !). 

Dans ce cadre je me permets de vous transmettre un certain nombre de documents ou de liens permettant d'approfondir la réflexion et d'alimenter nos prochaines discussions .... :

PNR du Verdon : Dans le cadre de sa nouvelle charte, le Parc met en place un Conseil de développement (je confirme que ce sera le premier PNR a disposer d'un Conseil de développement !) dans une démarche intéressante dans la mesure où elle favorise une démarche 'ascendante' et limite les inconvénients des organes mis en place par décision de niveaux supérieurs.  Le texte de l'appel à participation me semble exemplaire !  

En voici un extrait qu’on peut retrouver sur le site du PNR du Verdon :

http://www.parcduverdon.fr.

Le Parc naturel régional du Verdon est jeune, très jeune. Du haut de ses onze ans, il lance un appel à tous ceux qui veulent l’aider à grandir. Il offre des places dans les commissions du Parc, les groupes de travail et – nouveauté annoncée dans la Charte – un Conseil de développement dont la construction va démarrer. Élu, entrepreneur, artisan, artiste, association, citoyen, chacun peut contribuer au développement du Parc du Verdon en appor-tant ses idées, ses propositions, ses projets.

Interview
Bernard Clap, président du Parc naturel régional du Verdon
« L’innocent a son mot à dire »

En décidant, le 9 juillet 2008, la mise en chantier d’un Conseil de développement, le Comité syndical du Parc naturel régional du Verdon confirme la volonté, inscrite dans la nouvelle charte, de faire participer l’ensemble des citoyens du territoire. Pour Bernard Clap, son président, ce Conseil de développement est l’outil dont peuvent se saisir les citoyens, les associations, les entrepreneurs qui ont le courage d’aller au delà des habitudes et entrer dans une nouvelle ère. Il est là pour accueillir «l’intelligence collective», les idées, les volontés et l’envie de faire. La parole, individuelle ou collective, le projet structuré ou rêvé y sont à égalité : « L’innocent a son mot à dire. »
 
PNR des Baronnies > http://baronnies-provencales.fr/     Ce projet de PNR  me semble avoir une longueur d'avance sur notre PNR ....

Son Syndicat de préfiguration a mis en place un Comite d'Orientation et de Développement (COD) ( voir http://www.baronnies-provencales.fr/news.php?page=1 ) qui peut être assimilé à un Conseil de développement ...  Vous trouverez en pièce jointe la fiche technique de ce COD qui me semble bien 'contrôlé' !

Documentation ARDL (documents obtenus auprès de l'Association Régionale pour le Développement Local :

- Fiches d'expérience sur les conseils de développement en PACA > document de synthèse très clair et intructif  sur les Conseils de développement e place auprès des Agglomérations ou des Pays.... 

Rémy
Bonjour, 

Je suis adhérent et en même temps depuis 5 ans Vice Président du Conseil de développement de la communauté d'agglomération de Pôle Azur Provence (Grasse, Mouans-Sartoux, Pegomas, Auribeau, La Roquette sur Siagne).

Notre Conseil est adhérent fondateur de l'Association des Conseils de développement des Alpes-Maritimes (ACODAM) qui regroupe, outre le nôtre, les Conseils de la CASA, de la CANCA qui a évolué en communauté urbaine de Nice CA, ainsi que celui du Pays des Paillons.
Je suis à votre entière disposition pour tout renseignement sur l'utilité d'un Conseil de développement, effectivement, il serait souhaitable que Les Amis du Parc y jouent un rôle d'animation des groupes de travail, l'ARDL est un bon partenaire, l'Acodam pourrait également vous aider.
Amicalement

RTh

Nous souhaitons pour les communes du PNR un conseil de développement.
Mais les 49 communes ne sont pas en communauté d'agglo ou sont dans diverses intercommunalités./
Ce sera compliqué de "porter" le conseil de développement.
Quel est votre sentiment ?
Il y a aussi la possibilité de réunir conseil de dév et conseil scientifique pour le Parc ...
Notre association cherche évidemment à rester dans la course si les élus ne lui font pas de place ! 

Cordialement.

Réponses croisées de RTh et de Rémy

Bonjour,
Merci de votre réponse, beaucoup de choses sont dites dans votre message.
Sur le portage, pour avoir une structure de suivi permanente,
C'est en fait pour elle que l'on travaille
il est nécessaire d'obtenir un financement par une collectivité territoriale (CR, CG, Comm d'Agglo ou de Pays) pour, à minima, pouvoir dégager un poste administratif à mi-temps.
Le PNR embauchera au moins une dizaine d'équivalents temps pleins, sans doute 15 à terme.
Nous voudrions que quelques postes soient fléchés vers les associations, les volontaires, la participation des publics, etc ...
Et surtout des postes de terrain !
Compte tenu de la situation économique où sont plongées celles-ci, l'Acodam pourrait vous aider, puisque ses techniciens sont déjà mis à disposition par les comm d'agglo. A réfléchir...
Toujours s'assurer de la volonté politique ... 

Au sujet du deuxième point, à mon avis, il vaut mieux ne pas disperser les "forces participatives", d'autant plus que dans la démarche de développement durable, la transversalité est nécessaire entre ses quatre piliers, le social, l'économique, l'environnemental et, le plus important, la gouvernance. Plus l'expertise du Conseil de développement sera avérée, plus nous aurons de chance d'être pris en compte dans le débat public. Alors oui une fusion conseil scientifique/conseil de développement ou toute autre forme d'intégration doit être recherchée, d'autant plus que nous avons sur le territoire du PNR un pôle de compétitivité: le Pôle PASS,
C'est quoi ?
Vous avez des infos. Où puis-je en trouver ?
J'ai travaillé 5 années en coll territ mais c'était au début des années 90 et dans le Nord-Pas-de-Calais sur le dossier très spécifique de la fermeture des mines de charbon. Cela m'a néanmoins permis de toucher à tout.
ce qui justifie le regard citoyen, pour l'instant absent, de ce qui se passe dans ces sphères où beaucoup de financements circulent.

Même par temps de crise, les sommes sont rondelettes !
Sur le troisième point, place laissée par les élus, ma modeste expérience du territoire me fait dire qu'aucune place ne sera laissée, ce sera au Conseil de développement de la construire et à l'intérieur de celui-ci une participation active et nombreuse des membres de l'association.

 

Je serai vraiment ravi de vous rencontrer sur tous ces sujets, pour développer un peu.
Je serai le 15 juin toute la journée à Grasse.
Peut-être pourrions-nous casser la croûte à midi ensemble près du palais des congrès ?
Il est vrai que ce jour-là nous devrions être très sollicités.
Vous avez aussi mes coordonnées.
Si nous faisons une réunion de l'Association plus à l'ouest du Parc, peut-être pourriez-vous venir ?
J'envoie copie de notre échange à René et à Christian qui ont initié le débat sur les conseils de développement. 

à suivre …


19/3/09 Jean-Marc B.
Les chasseurs, propriétaires, résidents, ou invités sur les territoires du Parc devront être associés et consultés en amont de l'élaboration de la charte. Rien ne pourra être réalisé sans leur participation. Il sera nécessaire d'obtenir avant toute signature de la charte un consensus avec ces animateurs de ce haut pays. Ne pas penser remplacer ces acteurs par des touristes verts qui viennent principalement pour " prendre et non pour donner". Ne pas tenir compte de ces observations serait à mon avis une erreur. Il ne faut pas confondre le littoral et ses touristes avec nos collines et ses habitants. On parle de NATURA 2000, attention aux interprétation sur le dérangement par exemple, des précisions seront à apporter. de plus certaines zone du parc ne sont pas similaires, les zones habitées (villages) ne pourrons pas être comparées à des zones exemptes d'habitation.

Ne faisons pas d'un parc naturel un sanctuaire ou rien ne sera autorisé sans l'avis toujours subjectif d'un conseil partial. Conseil ou toutes les motivations devront être représentées duquel devront être exclus les intégristes de tout bord.

29/03/09 Sylvie R. (Réponse)
Je crois savoir que les chasseurs ont largement été contactés...
Craindre le "sanctuaire" pour le PNR est stupide depuis le temps qu'on le dit!
Pour détruire la planète on nous a pas tellement demandé notre avis mais quand il s'agit de vouloir la protéger il faut sans cesse s'excuser et rassurer les gens quels qu'ils soient qu'ils pourront continuer comme avant et faire ce que bon leurs semble...
Quant à Natura 2000 je suis prête à en parler en toute connaissance de cause étant chargée de mission en la matière : cela évitera (peut être) qu'on dise (encore) n'importe quoi.
A bientôt.

Le 29/04/09 Bertrand O
Grand merci à la contribution de Sylvie du 29 mars dernier dans cette rubrique, en particulier "quand il s'agit de vouloir la (la Nature) protéger il faut sans cesse s'excuser et rassurer les gens quels qu'ils soient qu'ils pourront continuer comme avant et faire ce que bon leurs semble..."
Les consciences évoluent et il est à présent admis que la préservation de l'environnement est une priorité et même qu'une crise climatique est en cours.
Quel efforts sommes nous tous prèts à faire pour mettre en pratique cette prise de conscience?
Ce projet de PNR est un bon prétexte pour ouvrir un débat sur des choix de mode de vie soutenables et permettant de vivre heureux ici.
En effet, il est difficile de souhaiter limiter l'urbanisation du territoire du PNR et en même temps regretter le manque de dynamique sociale locale, (isolement, population faible ou non active). Difficile aussi de souhaiter béneficier des mêmes facilités de mobilités (motorisées) qu'en ville et en même temps souhaiter que le réseau routier reste discret, sinueux pour préserver notre cadre de vie; ou encore souhaiter vivre et (réellement) travailler sur place et en même temps avoir les mêmes exigences de niveau de revenu et "confort" qu'en ville !
Dans le territoire du parc , comme partout ailleurs sur terre d'ailleurs, il me semble vain d'envisager un avenir sans reconstruire une paysannerie vivrière dans un esprit de sobriété joyeuse !

-------------------

20/3/09 Rolland T.
Edater a sauté une étape à Grasse.
Personne (en tout cas pas moi) n'était venu à Grasse pour faire l'exercice qui nous a été imposé : se positionner par rapport à des propositions émanant soi-disant des réunions cantonales et de l'enquête auprès des socio professionnels. Réunions cantonales  :
Ces réunions étaient des réunions d'informations pour les 4/5 èmes du temps.
Le 1/5 ème restant était ou consacré à des éclaircissements ou à calmer des inquiétudes. Elles ne pouvaient prétendre à orienter la rédaction d'une charte.
Enquête auprès des socio-professionnels.
Nous en avons la liste : l'échantillon est discutable 
Je n'ai pas vu le questionnaire (qui en a un ? questions ouvertes ? fermées ?) : son exploitation liste des attentes et les hiérarchise.
Ce n'est pas comme cela qu'on fera remonter des idées originales.
J'ai dit au Maire de Gourdon et à la Damoiselle qui animaient notre Commission 3 que je m'attendais à ce qu'ils engrangent une multitude de propositions sans vouloir systématiquement bloquer celles que nous faisions comme ils l'ont fait et qu'à ce jeu là ils rembarraient tout le monde.
Ils m'ont répondu que c'était ce qu'Edater avait demandé pour faire avancer la rédaction de la charte plus vite.
Les participants à cette Commission 3 avaient d'ailleurs pris les choses à la rigolade (mi-figue mi-raisin tout de même) parce que nos deux animateurs renvoyaient les propositions aux autres Commissions dans une sorte d'exercice de casuistique.
Frustrant et erreur de méthode. A moins que.
Est-ce ce que c'est cela que les élus ont demandé à Edater ?
Sommes-nous vraiment pris par le temps ?
Conception dirigée ou fléchée de la démocratie ?
Volonté de ne pas être débordés par les propositions ?
Volonté de faire un texte valise ?
Texte déjà prêt qu'il faut habiller de démocratie participative ?
Valait mieux alors faire remonter en vrac les contributions de chacun, quelles qu'en soient les formes, dans le cadre d'un "remue-méninges" joyeux, et demander à Edater de faire le tri et de mettre en musique selon les modèles repiqués dans les autres chartes de PNR....
....S'il faut arriver à quelque chose d'analogue, il valait mieux y aller franco et dire qu'on avait à remplir des cases pré-établies.

Cela dit, c'est un PNR, c'est un truc à la française entre Etat et élus des collectivités territoriales.
Les associations (dont la nôtre) auront bien du mal à se faire entendre.
A moins d'être contre, ce qui n'est pas notre cas.

22/03/09 David W.
Tom,

En réponse a ton mail, je voulais simplement vous expliquer comment ces 'consultations' fonctionnent.
Je suis moi-même consultant, et me suis trouvé dans la situation d'Edater. La création d'une charte pour un PNR en six mois (ou même en un an) serait une tache impossible si on devait la bâtir 'd'en bas', c'est-à-dire à partir de réflexions sur les multiples pistes, tendances et intérêts des groupes et personnes qui sont concernées. Encore moins possible si on devait en débattre avec chacun.
Ainsi, un cabinet de conseil rédigera forcement sa proposition de charte à partir de modèles préexistants et en consultation avec un petit cercle 'd'inities'. En fin de compte, l'avis le plus écouté sera celui des pouvoirs qui financeront le Parc.
Du coté des élus, l'objectif sera de créer un document dans les délais, respectant le budget (donc attention aux honoraires des consultants) et qui peut être vendu à la fois aux pouvoirs qui financent et aux communes concernées (qui le vendront à leur tour à leurs habitants).
Ceci peut paraitre un peu cynique, mais il vaudrait mieux en être conscient.
Il ne veut pas dire que la charte qui en résulte sera mauvaise. On peut espérer que les consultants, élus et autres seront des gens de bonne volonté, avec une certaine conscience des besoins et aspirations des populations concernées. Mais....
Donc, comment faut-il agir si on veut se faire entendre, si on veut que certains axes soient représentés, si on veut participer à la création de l'entité à laquelle nous rêvons?
La réponse est simple: par des projets. Il faut regrouper les gens autour de propositions solides, puis donner une forme et une voix à ces propositions. Les voix isolées ne seront pas entendues, mais les idées fortes qui sont bien structurées et bien appuyées feront leur chemin.
Les élus et les consultants ont besoin de ces idées, car ils ne pourront pas les créer eux-mêmes.
Alors, patience: même en s'y lançant de suite (et il faudrait le faire), ces projets prendront du temps à bâtir. Ce PNR est une bataille à longue haleine.
Et la charte? Eh bien, il faut être vigilant, surtout au niveau des structures de gestion du Parc et les modalités de prise de décision. Mais bon, mon mail est déjà un peu long. On aura peut être l'occasion d'en parler
par la suite, de vive voix.


-------------------------


Visiteurs. Dernière mise à jour le : Ven 10 juil 2009 - Plan du site - © copyright - 2009 -